Chaudière à pellets

 

Avec l’arrivée des pellets, le chauffage au bois est passé dans une phase automatique.
Grâce à ces petits granulés de bois, des solutions automatiques ont vu le jour. Maintenant, les installations modernes sont très confortables. Le combustible est livré par camion dans la réserve. De là les pellets sont mécaniquement transportés à la chaudière. Le fonctionnement général est entièrement automatisé : allumage, modulation, nettoyage, décendrage et gestion de l’ensemble de l’installation de chauffage.

  • Comme toutes les installations biomasse, une chaufferie aux pellets sera toujours rentabilisée. Toutefois, selon la complexité des installations, il y a plus ou moins de surcoût. Plus la consommation est importante, plus vite le retour sur investissement sera rapide.

  • L’encombrement des pellets demande un peu de place. Pour l’équivalent de 10.000 kWh = 1.000 litres de fioul, il faudra 2.100 kg soit 3m3 de pellets. La consommation annuelle est de l’ordre de 400 kg/an/kW soit 0,6m3/an/kW : pour une chaudière qui fonctionne l’équivalent de 2.000 heures/an à pleine puissance.

  • Si pour les petites consommations annuelles il est envisageable de remplir une chaudière à main, cela devient contraignant quand la consommation est plus importante. Pour cela, un silo de stockage apporte le confort d’un remplissage automatique. Suivant la consommation et le volume disponible dans le bâtiment, la réserve de pellets peut être soit à côté de la chaudière avec un transport par vis directe, soit éloignée. Dans ce cas, un système pneumatique achemine le combustible de la réserve éloignée jusqu’à la chaudière.

 

silos

  • Les silos peuvent être préfabriqués avec une structure fermée par une toile, « en dur » en aménageant une pièce ou des cloisons, voire même enterré. Vu les particularités des pellets, il faudra toujours veiller à garder la réserve au sec…

  • La gamme de chaudières est diverse : du matériel de conception simple jusqu’à du très haut de gamme technique. La différence s’exprimera au niveau du confort d’utilisation, de la consommation, de la fiabilité et des rejets de particules fines.

  • Les pellets sont disponibles en plusieurs types et normes : ENplus A1 ou ENplus A2 par exemple. Selon le type de chaudière, un ou plusieurs types de combustibles peuvent être utilisés.

  • La combustion des pellets produit peu de cendres.  Une chaudière full automatique prévient quand le cendrier doit être vidé : selon les chaudières le cendrier devra être vidé de 3 à 5 fois par an. Pour les plus grandes puissances, une extraction des cendres les rassemble dans une grande poubelle métallique.

  • Le confort d’une installation moderne est total. Le chauffage est complètement géré : avec plusieurs circuits et/ou plusieurs chaudières.  L’installation est connectée à internet : via PC ou smartphone, l’utilisateur programme son chauffage, lit les informations de t° ou de consommation, et est prévenu quand il faut vider le cendrier.