Le bois énergie et les autres énergies renouvelables en contexte

Le bois est une énergie stockable et flexible, est générateur d’emplois stables et d’une économie circulaire vertueuse. Pourtant, la filière bois énergie souffre encore d’un déficit d’image qui se traduit par un soutien encore trop timide de la part des autorités gouvernementales.” 

Bien que le menu fasse état de la section “Avantages comparés du bois énergie dans la transition énergétique” et mentionne les deux onglets “Bois = Énergie stockable et flexible” et “Bois = Économies et emplois sur le long terme” ces dernières n’ont pas été reprises - les voici à nouveau:

 

Bois = Énergie stockable et flexible

La biomasse est une énergie stockable et flexible, ce que les autres énergies renouvelables ne sont pas. 

Les autres énergies renouvelables ont leurs limites :

  • Eolien :
    • Nuisances sonores :
      Pour augmenter la production d’énergie à partir d’éolien, il faut augmenter le nombre d’éoliennes, mais la nuisance sonore est déjà problématique avec le nombre d’éoliennes actuelles. L’OMS conseille un éloignement (distance éolienne – habitation) de 3km minimum, alors que la norme wallonne n’est « que » de 350m. De très nombreuses plaintes ont été enregistrées par les habitants vivants à proximité d’une éolienne. Cela peut avoir des impacts au niveau de la santé (troubles du sommeil, stress, acouphènes,…). Impact aussi sur la faune environnante (eoliennesatoutprix.be) ;
    • Source d’électricité intermittente et difficilement stockable :
      L’éolien est une source d’électricité intermittente (comme le photovoltaïque) et donc ne peut pas produire de l’énergie à chaque fois qu’on en a besoin (Portail de l’Economie et des Finances, 2012). L’électricité ainsi produite est difficilement stockable.
  • Photovoltaïque : 
    • Caractère intermittent de l’ensoleillement (localisation géographique, nébulosité) (Ministère de l’environnement, de l’énergie et de la mer, 2011a) ;
    • Nécessité de disposer de grandes surfaces :
      Concurrence avec l’agriculture pour l’usage de terres arables (Ministère de l’environnement, de l’énergie et de la mer, 2011a).
  • Géothermie :
    • Coûts importants :
    • Activités de forage et besoin d’espace important (Ministère de l’environnement, de l’énergie et de la mer, 2011b).

Bois = Économies et emplois sur le long terme

Toutes les énergies renouvelables requièrenet des dépenses d’investissement (CAPEX) et des dépenses d’exploitation (OPEX) :

  • Éolien :
    • Principalement des dépenses d’investissement (construction éolienne) et peu de dépenses d’exploitation (on « n’achète » pas le vent) ; 
    • Emplois irréguliers et non durables: Beaucoup lors de la construction, peu pendant la production d’énergie.
  • Bois énergie :
    • Dépenses d’investissement (construction de chaudières, etc.) et dépenses d’exploitation (besoins en combustible) ;
    • Emplois réguliers et durables : Fabircation et installation d’équipements et main d’œuvre continue pour la gestion et l’exploitation des forêts, la transformation du bois, etc.